Témoignage
Ginette Van de Voorde

Des années de questionnement sur ses palpitations cardiaques

Née à Ypres et enseignante à la pension, Ginette Van de Voorde est aujourd’hui âgée de 70 ans et vit à Bruges. Après avoir soudainement fait un AVC en 2006, elle a entamé un lourd processus de revalidation et s’est lancée dans une longue recherche afin de déceler la cause de son attaque et, ainsi, pouvoir commencer le traitement adéquat.

BeHRA: Comment avez-vous découvert que vous souffriez d’un trouble cardiaque ?

Ginette: “Ce fut un processus long et laborieux. Je souffrais déjà depuis plusieurs années de troubles du rythme cardiaque. Ces derniers se manifestaient peu fréquemment et à intervalles irréguliers. Le 20 décembre 2006, j’ai fait un grave AVC et j’ai immédiatement été transportée à l’hôpital Sint-Jan de Bruges. J’y suis restée 10 jours sous la surveillance attentive du neurologue de service. J’ai ensuite débuté ma revalidation dans un centre à Mariakerke car je souffrais de problèmes d’équilibre et d’une mobilité limitée du côté gauche. La revalidation a finalement duré deux mois complets.”

B: Aviez-vous encore des séquelles après la revalidation?

G: “De manière générale, mon rétablissement s’est bien déroulé, mais j’étais tout de même moins assertive et plus fatiguée qu’avant. De plus, la fréquence à laquelle apparaissaient mes troubles cardiaques restait inchangée.”

B: Vous ne connaissiez donc toujours pas la cause de vos palpitations et de votre fatigue ?

G: “Nous n’avions toujours pas trouvé d’explication concrète ni de traitement pour mes symptômes. J’ai donc été consulter un spécialiste dans un hôpital universitaire et il a pratiqué une cardioversion, c’est-à-dire une intervention sous anesthésie lors de laquelle des impulsions électriques sont administrées au cœur. Malheureusement, je n’ai constaté aucune amélioration par après.”

B: Comment avez-vous finalement appris que la fibrillation auriculaire était la cause de presque tous vos symptômes et qu’il existait un traitement spécifique pour cette affection?

G: “Par hasard. En 2009, trois ans après mon AVC, j’avais pris rendez-vous chez mon cardiologue et mes symptômes se sont soudainement manifestés pendant la consultation. C’est ainsi qu’il a pu immédiatement poser le diagnostic adéquat (une fibrillation auriculaire) et ainsi me proposer un traitement. Parallèlement aux anticoagulants, il m’a suggéré une nouvelle intervention. Comme il s’était avéré que je disposais d’une petite oreillette, il a opté pour un traitement par ‘congélation’. Depuis lors, avec l’aide des médicaments adaptés, je suis complètement débarrassée de mes troubles du rythme cardiaque.”

B: Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux personnes qui souffrent de troubles cardiaques ?

G: “Je conseille à toutes les personnes qui souffrent de troubles cardiaques de se faire contrôler afin d’aboutir à un diagnostic et, éventuellement, de suivre un traitement approprié. L’aboutissement de mes recherches sur les causes de mes palpitations a également mis un terme à ma fatigue psychologique. Celle-ci découlait de l’ignorance permanente dans laquelle j’étais plongée en tant que patiente. Je soutiens de tout cœur la Semaine du Rythme Cardiaque et espère pouvoir aider le plus de gens possible par le biais de ce témoignage.”

Une initiative du:
Sponsors:
Partenaires: